Transmission d'une culture de l'égalité filles/garçons par le sport

Nous avons eu le plaisir d'interviewer Adrien dans le cadre de notre première rencontre Égalité. Il nous a fait part de son expérience professionnelle en qualité d'éducateur sportif. Il a accompagné dans le cadre de ses missions à Terres en mêlées les différent-e-s acteur-trice-s (animateur-trice, enseignant-e...) de l'école. Il partage avec nous ses constats.

Adrien Rebelo est éducateur sportif et coordinateur de projet à l'international notamment en Afrique de l'ouest au sein de l'association terres en mêlées.

Terres-en-mêlées est une association qui porte "des programmes d’ÉDUCATION PAR LE RUGBY dans le but d’améliorer les relations entre les enfants en leur apprenant à jouer tous ensemble." Elle mène également " un programme d’ÉDUCATION À LA CITOYENNETÉ ET À LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE pour répondre à la dégradation des relations sociales, aux besoins d’ouverture à l’autre et pour promouvoir le MIEUX-VIVRE ENSEMBLE dans la diversité."



Nous avons choisi de travailler sur le sport comme outil d'émancipation chez les filles car dans les pays (Madagascar, Togo, Maroc et Burkina) où nous intervenons nous avons observé des problématiques liées aux relations entre les filles et les garçons.

Depuis maintenant trois ans, Adrien intervient au sein des écoles françaises mais plus particulièrement au Burkina Faso en utilisant le sport, notamment le Rugby comme outil à l'émancipation des filles et à l'épanouissement chez l'enfant. Il travaille sur une mixité genrée notamment sur le respect des filles par les garçons en mélangeant filles et garçons sur les temps de jeu par le biais du Rugby et des valeurs qu'il véhicule.


L'estime de SOI serait-il le levier pour favoriser l'égalité entre les genres dès le bas âge?


Nous avons ainsi mis en place des équipes mixtes dès le jeune âge dans l'espoir d'avoir des répercussions, à l'avenir, sur l'estime de soi chez les jeunes filles. Le rugby en lui-même est vecteur de valeurs éducatives telle que l'engagement, la confiance en soi, le don de soi, le respect et le partage peu importe les différences. Par le biais du jeu rugbystique qui englobe le partage, le vivre ensemble, le jeu, rigoler, s'amuser, filles et garçons commencent à s'amuser et à dépasser les clichés.


La prise de décision, de parole des femmes et l'occupation de l'espace publique se travaille dès le jeune âge.


Les filles commencent à prendre confiance mais également conscience qu'elles peuvent s'affirmer, dire non comme oui; donc prendre des décisions. Le rugby étant un sport de contact et d'évitement, filles se rendent compte qu'elles peuvent prendre des décisions, s'engager physiquement, évoluer. Le fait d'avoir un ballon, de s'engager, d'être en contact et de se faire toucher, de devoir affronter une position donne de la force. Pour des personnes qui sont souvent mises en arrière plan notamment les filles, le rugby est moyen d'émancipation et d'épanouissement. Elles commencent à prendre confiance en elles et à jouer dans des équipes mixtes.



Une pédagogie sportive en faveur d’une culture de l'égalité filles/garçons, femmes/hommes dès le jeune âge


Dans le cadre de nos interventions, nous mettons en place des jeux qui prônent la coopération collective afin de contourner l'esprit compétitif qui anime souvent les enfants dans les activités sportives. Les outils de coopération collective permettent de déconstruire l'idée d'une nécessité de disposer d'une force physique qui serait l'apanage des garçons. Les outils proposés lors de nos interventions en France s'appuient également sur notre expérience africaine afin de transmettre au public la notion de solidarité. Le principe de solidarité permet de travailler le vivre ensemble avec les enfants afin de transformer le "JE" en "NOUS". Les enfants sont sensibilisés sur ce qu'il y a ailleurs en enlevant les œillères afin que qu'ils/elles prennent conscience de ce qui les entourent. L'enfant se rend compte qu'il/elle a un copain, une copine sur lequel/laquelle il/elle peut compter. Les enfants s'expriment, prennent considération des autres et apprennent à faire confiance et se faire confiance.

Le concept du triple C que nous développons lors de nos interventions en travaillant sur de la coopération, de la communication et de la confiance, nous permet de stimuler leur curiosité et l'enfant commence à tisser des liens. Le rugby pouvant laisser penser à un sport qui stigmatise, le plus important c'est de prendre les règles de base et de les déconstruire en enlevant l'esprit de compétition. Des règles spécifiques telles que tout le monde doit toucher le ballon avec des scorings différents où on marque des points en étant en soutien permettent à l'enfant de s'amuser avec le copain et la copine en favorisant le jeu. Une approche qui nous permet de dépasser les problématiques genrées telles que nous avons pu le constater dans l'une des classes à Falguière.



Le manque de formation et d'outils d'accompagnement renforce la reproduction les représentations sexuées dans le sport


La vrai mission de Terres en mêlées et aussi des acteur-trices qui travaillent sur l'éducation par le sport doit être de développer, de proposer et de transmettre un apprentissage aux personnes en contact au quotidien avec les enfants. Nous à terres en mêlées c'est la base de ce que nous faisons aujourd'hui en Afrique en mettant en place en amont des actions de formation auprès des éducateur-trice-s. Nos actions de formation visent à déplacer le curseur de la compétition, même si elle est toujours présente dans le jeu, sur de la réussite. Nous adaptons ainsi le vocabulaire sportif dans ce sens. Au lieu de parler d' "adversaire", nous allons plutôt privilégier "opposant-e". Sur le terrain, l'enfant n'a pas d'adversaires mais plutôt des opposant-e-s: une personne et des personnes qui lui font face donc ils/elles à besoin des autres afin de réussir ensemble. Notre objectif pendant les formations c'est de faire comprendre que le sport doit être amené de façon éducative, d'amusement, d'épanouissement et justement de respect de l'autre mais aussi d'acceptation par l'inclusion.


Le sport inclusif comme outil au développement de l'éducation par le sport et de la déconstruction des stéréotypes genrés.



Tout le monde parle aujourd'hui d'inclusion, il faut inclure tout le monde alors que ce n'est pas quelque chose que nous devons amener. L'inclusion est normalement quelque chose qui est intrinsèque au sport en général. Le sport amène de la joie, des bonnes énergies donc en général nous ne faisons pas attention à nos différences qu'elles soient raciales, cultuelles, culturelles ou genrées. C'est donc le sport qui inclut et c'est ce que nous essayons de faire comprendre aux gens. Nous faisons remarquer aux acteur-trice-s éducatif-ve-s que dans la façon dont ils/elles vont amener l'activité, la mener, soit ils/elles vont continuer à laisser place aux stéréotypes soit ils/elles vont faire découvrir autre chose aux enfants.

Notre message pendant les temps de formation c'est que peu importe la personne, qu'elle soit animateur-trice, éducateur-trice, enseignant-e, quand nous travaillons avec les enfants et que nous nous engageons sur un métier envers les enfants c'est parce que nous avons une sensibilité sur l'éducation donc nous nous devons d'être impactant. L'éducateur-trice doit être dans un statut d'impactant c'est dire à dire transmettre des choses aux enfants, leur donner la possibilité pour. C'est pour cela dans les jeux que nous développons tels que le triple C, l'arbitrage éducatif, les règles du scoring éducatives ou les nouvelles formes de jeu que nous mettons en place, il y a toujours cette dynamique du groupe: prendre en considération le groupe, écouter, essayer d'établir des stratégies, réfléchir et prendre en considération ce qu'il y a autour. Un ensemble de valeurs et de notions que l'enfant doit dès le plus jeune âge acquérir pour qu'en grandissant cela puisse l'accompagner dans la vie de tous les jours.


D'une année à une autre, nous avons fait le constat que cette pédagogie porte ses fruits en prenant l'exemple du groupe d'enfant que nous avons eu l'année dernière sur le temps CLAE et que nous retrouvons cette année en classe. Les enfants en question ont développé une base sur la notion du travail en groupe sur les activités mises en place. Ils/Elles ont tendance à être vecteur de transmission c'est à dire ils/elles vont vers les enfants qui n'ont pas vécu le projet en communicant. Nous constatons donc ce côté j'ai appris, je transmets chez eux et voire plus chez elles car nous avons plus de filles que de garçons. Ils et Elles sont aujourd'hui vecteur des notions et valeurs que nous avons véhiculé l'année dernière. Nous avons fait le constat également que le groupe de garçons qui jouent au rugby dans les clubs ont pris du recul sur l'esprit compétitif qui généraient des tensions avec les autres et arrivent à s'adapter au contexte du sport éducatif dans lequel ils sont.

Partenaires & Soutiens

OIP.jpg
OIPI4W75N2X.jpg
LOGO JJ.png
cropped-logo-blanc-1.jpg
editions-talents-hauts-1471595573.jpg
logo Mariama BA.png
avatars-000147636724-twujuo-t500x500.jpg
logo.jpg
hippocampes.jpg

E-mail: hippocampes@animation-egalite.org

Tél: 0033.7 52 36 56 99

Numéro SIRET : 844 479 865 00017

Liens Utiles

Nous Rejoindre - Adhésion & Don - Tontines Solidaires

Les Ateliers - Les événements - L'Agenda

Les ChroniquesLes Adresses - Le Blog

Bibliothèque - Cinémathèque 

©2020 Hippocampes par OZN